[édito] La génèse

1 Jan

Il fut un temps, j’étais comme la plupart des joueurs, je jouais à de nombreux jeux sans jamais les considérer comme des œuvres d’art, ni comme média. D’où me vient cet intérêt pour les jeux vidéos?

Étrangement, je ne me suis réellement posé cette question il n’y a que peu de temps, quelques mois tout au plus. Ces interrogations correspondent à l’ouverture de ce blog et cette ouverture à la fin de mes pérégrinations sur World of Warcraft. Ce fut plutôt paradoxal, je me rappelle en effet m’être procurer une PS3, pour Street Fighter 4 principalement, mais la majeure partie de mon temps, je le passais sur WOW et mes rares sorties de ce monde virtuel consistaient à quelques parties sur Wii.

Avant Warcraft, une grosse consommation de Play 2, Dreamcast et oldies en tout genres mais sans aucunes réflexions sur le sujet. Quid de mon esprit critique? Honnêtement, je me considère comme un vieux briscard, cet esprit critique, je l’avais, mais le jeu vidéo était une passion, un peu honteuse certainement, de peur d’être considérer comme un geek avant l’effet de mode. Cette passion on ne l’assume pas forcément, l’image que l’on nous renvois est très souvent négative et il n’y a guère que les autres passionnés qui peuvent comprendre, et encore cela peut dépendre de leur statut social. Les autres, coincés dans les carcans d’une société bien pensante ou pire d’une société de paraître, nous verrons comme des grands gamins sympathiques, voire un peu attardés. Il est évident que l’on nous estimera pas de la même façon qu’un esthète.

Pour autant, il ne s’agit pas uniquement de la société si nous conservons cette image du jeu vidéo. Comme je vous l’expliquais un peu plus haut, je n’avais jamais pris suffisamment de recul pour analyser en profondeur un jeu. Ico était magnifique, Shadow of Colossus me faisait réfléchir sur mes choix, mes actions dans le jeu mais mes réflexions n’allaient pas plus loin que le commencement d’un autre soft. Le nombre important de jeux n’est pas l’unique cause. L’effort doit venir de nous, nous ne devons plus consommer des jeux comme nous consommons du Pop-Corn.

Certaines personnes font le choix de consommer du cinéma, d’autres du jeu vidéo. Je refuse de me réduire à ça. Je refuse désormais, de réduire ma passion à un acte de consommation, il n’est jamais trop tard pour apprécier une chose à sa juste valeur. Tout comme les autres arts, le jeu vidéo recèle d’œuvre à découvrir, c’est quand on pense tout connaître, qu’il reste tant à découvrir.

Quel que soit le type de joueur que l’on pense être, il ne faut pas se laisser happer par le système ou influencer par les autres. Il est libre à chacun d’entre nous, d’appréhender le jeu vidéo comme la musique ou le cinéma, comme objet de consommation, voire d’objet gratuit, que l’on a pas besoin de payer. Libre donc, à chacun d’être considérer comme un mouton en refusant toute remise en question, toute réflexion.

En ce qui me concerne:

  • plus que jamais, je me rend compte que j’aime ce milieu malgré ses nombreux défaut;
  • je refuse qu’il soit considéré comme une simple marchandise;
  • je refuse d’admettre que les jeunes générations soient dénuées de toute réflexion;
  • je suis un joueur, otaku ou geek si vous souhaitez, curieux de tout et ouvert;
  • j’estime que l’univers vidéo-ludique est aussi vaste que le monde réel;
  • je sais que mes réflexions ne changerons pas le monde mais je suis heureux de me dire que je suis encore capable de réfléchir, qui plus est correctement.

C’est pour cela que je me lance dans le projet des cahiers du pixels, parce que désormais je sais que l’on peux dépasser la simple notion de divertissement et réfléchir sur un jeu au même titre que sur un film, un roman, une œuvre. Le jeu vidéo est une culture et je serais l’un de ses portes-étendards.

Publicités

9 Réponses to “[édito] La génèse”

  1. Neutrino 8 janvier 2011 à 13 h 08 min #

    <>
    Cette phrase me plait beaucoup et peut offrir de nombreuses réflexions.

    Il manque quand même une jolie fille 😮 (promis, c’est la dernière fois que je fais la blague).

  2. the duke 8 janvier 2011 à 21 h 48 min #

    Le premier commentaire ! ça se fête !

    Bon par contre on voit pas de quelle phrase tu parle ^^

    (je t’en mettrais plein sur pix si tu veut des filles :D)

  3. Neutrino 8 janvier 2011 à 23 h 12 min #

    Ah oui, mon copier-coller n’a pas marché. Je parlaise de cette phrase : ‘j’estime que l’univers vidéo-ludique est aussi vaste que le monde réel;’ à la fin.

    En soi, lorsque l’on créé quelque chose (peinture,sculpture,…), c’est un nouvel univers vu par nos yeux. Et le jeu vidéo est sans doute le média autorisant des univers avec le plus de folie. Ce qui n’est hélas plus vraiment le cas…

    • Ponpon 8 janvier 2011 à 23 h 30 min #

      Cet aprem entre deux analyses pédagogique je suis allé faire un tour sur les sites d’actus de la Nintendo DS, l’année 2011 promet des petites merveilles qui montrent que les créateurs de jeux vidéos en ont encore sous la semelle!

      Entre Okamiden, Nino Kuni et Solatorobo, si vous pouvez zieuter!

      Cette petite console vient d’une autre planète!

      • Neutrino 8 janvier 2011 à 23 h 44 min #

        La DS est effectivement une des rares consoles où les jeux boîte ont encore une vraie originalité. Ce n’est plus vraiment le cas sur les autres supports par contre (ce qui se comprend puisque les coûts de développement sont élevés et l’erreur n’est pas permise). Bien sûr, pour le dématérialisé, c’est encore autre chose. Pour début 2011, il y a Ghostrick qui promet. Je vais d’ailleurs essayer la démo de ce pas ! (sur la chaîne Nintendo Wii).

  4. Ponpon 9 janvier 2011 à 9 h 42 min #

    Je suis plutôt d’accord avec toi, les autres supports sont assez fades et proposent peu de prise de risque. Parfois je me tâte à m’en procurer une, mais la ludothèque se rappelle à moi et me ramène à la réalité! ça et la réalité économique!

    • the duke 9 janvier 2011 à 10 h 16 min #

      Je vais faire un petit parallèle douteux, mais attention c’est comme la télévision qui ne te montrer que des choses négatives. Les magasins comme la presse ont plus tendances à mettre en avant les jeux vendeurs, qui sont malheureusement souvent les moins originaux.

      Maintenant les jeux ne prennent parfois pas de risques dans leur représentation, mais plutôt dans leur contenu. Sinon il faut zieuter du coté des plateforme de téléchargement en effet.

  5. Neutrino 9 janvier 2011 à 10 h 34 min #

    Il y a également une petite boucle infernale qui se crée : les jeux originaux bénéficient souvent de moins de polissage, donc attire moins, donc auront encore moins de budget… Je pense à Mirror’s Edge qui est bardé de défauts tout en proposant une expérience originale.

    Il faut ajouter à cela la surabondance de jeux dont une grande majorité de mauvais. Le joueur peu averti a beaucoup plus de chance de tomber sur une bouse à moins d’acheter un jeu déjà connu => apparition des mega blockbusters. D’ailleurs je pense que c’est représentatif de la mauvaise santé du jeu en général. La concentration des achats sur quelques titres au détriment de beaucoup d’autres n’est pas une bonne chose car cela tue la diversité (tout le monde cherchant à copier le succès pour espérer vendre). Je vais jouer à Nostradamus mais je pense vraiment qu’il y aura retour de bâton.

    • Ponpon 9 janvier 2011 à 11 h 03 min #

      @Duke: Bah pour le coup, à part la presse, on peut pas trop en leur vouloir, l’objectif est de vendre, même si il est vrai qu’il pourrait au moins faire une petite place pour les jeux un peu plus obscure. Au lieu de mettre cinquante exemplaires du dernier Call of Duty ou du dernier Fifa, en mettre seulement quarante neuf!

      La presse c’est autre chose, ils ont besoin de vendre eux aussi, mais la presse se doit être assez représentative du milieu qu’elle traite. Alors soit la presse c’est des grands méchant qui ne veulent que vendre, ce qui est fort possible, plein d’obligations, soit elle ne représente que trop bien son milieu, qui commence à imploser doucement mais surement. Ce n’est pas en terme de vente mais d’influence qu’il faut imaginer le jeu vidéo. Vendent-ils plus de jeux et de console? Oui. L’image du jeu vidéo a t-elle évolué? Bah non!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :