[24 pixels par secondes] Sylvestre en double dose

1 Avr

Pour ce premier avril, pas de poisson, mais un petit billet décontract’ 😉


J’aime beaucoup le cinéma, et j’aime bien Sylvester Stallone (si si je vous jure). Bon on ne va pas parler ici des aléas de sa carrière, mais juste de deux adaptations en jeu vidéo de ses films. 2 jeux de l’époque 16 bits, époque mythique pour certain, notamment pour la médiocrité des adaptations de films ^^.

Cliffhanger : Vas y grimpe on te regarde!


Cliffhanger est un film dans la plus pure tradition Hollywoodienne des années 90. Vu qu’il est difficile de dire que le film est resté dans les annales pour sa qualité (Même si il est connu et qu’il a reçus quelques récompenses) je vais vous la faire courte niveau scénario:

Sylvester (Alias Gabe Walker dans le film) est un alpiniste chevronné. Un jour, son copain (qui a perdu sa petite amie dans un accident dont Sylvester se sent responsable, original) est prit en otage par des méchants dans la montagne qui ont (à la suite du crash de leur avion) paumés plein d’argent. Comme ils sont pas doués en grimpette, ils demandent aux pros de récupérer les brouzoufs. Les pros étant notre amis Gabe.

Après un écran titre reprenant l’affiche du film on as droit quelques images (mal) digitalisées nous résumant la situation. Et hop nous voila plongés dans l’action… enfin l’action est un terme un peu fort.

On incarne sly dans un beat them all classique, poings, pieds etc, je vous fait pas le détail tellement c’est d’une platitude navrante. Au bout de deux minutes de jeu, n’importe quel joueur normalement constitué se pose la question suivante: « Combien de temps je vais pouvoir jouer a ça? »

La, en effet, on touche quand même à la crème, Le jeu vidéo élevé au rang de torture. C’est moche, c’est lent, c’est mal animé, mal fait…  C’est tellement risible qu’en parler fait du mal à mon coeur de joueur. Alors les programmeur ont voulus noyer le poisson en variant les scènes: un peu de baston avec sauts ridicules au dessus du vide, escalade à main nue pendant que des types vous allument la tronche au fusil, course poursuite contre une avalanche absolument injouable… Une vraie régalade, franchement il n’y a rien pour sauver ce jeu.

L’histoire pourrait s’arrêter la, mais ce ne serais pas rendre justice à Sylvester, je vous invitent donc à découvrir une autre adaptation de l’un de ses films.

 

 

 

Burning maaaaaaaaaan, ha non pardon Demolition maaaaaaaan


Il faut rendre à césar ce qui est à césar: Demolition man est loin d’être un mauvais film, je ne vais pas vous en faire la critique ici, mais il reste un film honnête, qui d’ailleurs a très bien marcher (ok c’est pas une raison…).

Le jeu Demolition man est assez peu connu, du coup on est très très méfiant en le lançant (pas contre le mur de préférence) le jeu pour la première fois. Ce dernier suit assez fidèlement le film, ça tombe bien on vas faire d’une pierre deux coups:

Le film:Tout commence en 1996, John Spartan (Sly) est un policier de choc qui court, au moment ou le retrouvons, après Simon Phoenix (Wesley Snipes) le plus grand criminel du moment.
Le jeu:Los angeles 1996, on retrouve John dans la soute d’un hélicoptère, au signal il se lance dans le vide, un élastique au pied, le joueur doit se décrocher au bon moment pour atterrir en un seul morceau, ça commence fort! Puis, arme au poing il avance comme un bourrin en tirant partout, en faisant des roulades ou suspendu à un câble dans une zone dévasté par Phoenix et ses potes. Enfin John rattrape Phoenix qui s’échappe en faisant exploser l’immeuble ou il se trouvait (tuant ainsi au passage 30 otages).

Le film:Las, les autorités décident de congeler Phoenix (pour actes criminels) et John (pour homicide involontaire des otages) histoire qu’ils cessent de faire des dégâts.

Le jeu:2032, la société aseptisée (en surface uniquement) est face à un nouveau fléau, Simon Phoenix a été libéré plus tôt que prévu et vient de s’enfuir de la cryo-prison ou il était retenu. Peu habitué à gérer une personne aussi violente, décision est prise de libérer John Spartan pour qu’il mette fin aux actions de Phoenix.

Le jeu suit alors fidèlement le film, du musée des armes, aux égouts, en passant par la cryo-prison, lieu de l’affrontement final. Tout au long de ces niveaux John court, saute, grimpe, lance des grenades, des bombes incendiaires ou des capsules d’azote et tire dans toutes les directions. La maniabilité, un peu étrange au début , finie par s’avérée au poil (elle n’est pas toujours très précise mais cela reste un détail) et au bout de quelques minutes le constats tombe: CE JEU EST BON! o_O

Demolition man rappel fortement Robocop vs Terminator dans le style, en moins bien, mais en bien plus nerveux. Le jeux est techniquement très bien, un peu sombre parfois mais il fourmille de détails et de petite touche qui montre que les développeurs ont fait un minimum attention. Beaucoup d’éléments du décor sont destructibles et, exemple parmi d’autres, Quand John est sur une échelle, il lance directement ses grenades en cloche sur la plateforme au dessus histoire de dégager la zone.

En sus le jeu vous propose quelques niveaux en vue de dessus ou des hordes d’ennemis vous tombent sur le râble (on dirais du Super smash tv), c’est encore plus bourrin que les niveaux en profil. Le titre Demolition man tient vraiment toutes ses promesses, action, action et un zeste de réflexion parfois (Comment battre Phoenix à la fin? Si vous n’avez pas vu le film ça vas être plus dur).

Pour le coup Demolition man est une vraie surprise, ce n’est pas un jeu exceptionnel, mais un bon jeu sans aucun doute, Bien construit, plutôt jouable une foi habitué, difficile qui plus est. Seul point noir, les musiques sont affreuses, mention spéciale, en revanche, aux voix et images digitalisées qui, elles, sont très réussies. Tiens ça ma donné envie de revoir le film.

Comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences, le monde des adaptations de films en jeux nous réservent encore de nombreuses surprises.

see you soon for more animated pixel!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :