[Edito] L’art on s’en fout

11 Avr

C’est pas parce qu’on se prend la tête à chercher des vertus philosophiques dans les jeux vidéos qu’on n’a pas des envies simples.

Je viens de me faire une bonne semaine sans passer trop de temps sur internet, et dieu sait que ça m’a fait du bien 🙂 Du coup j’ai squatter comme un goret Okamiden et Hard corps uprising.

Okamiden : Une petite perle. Sans atteindre évidemment la majesté de son prédécesseur, okamiden, sans prendre trop de risques il est vrai, se dévore sans prise de tête. Un peu rapidement certes (22h au compteur pour mon premier run), mais chaque minute se dégustant avec plaisir, on ne lui en tiendras pas trop rigueur.

Difficile dès lors de passer outre le format portable, Ds qui plus est. Comme pour Bangai o, on sent que le jeu est tout de même à l’étroit dans la petite console. Le jeu est magnifique pour de la Ds, plutôt bien pensé en terme de gameplay, bien construit (le petit nombre de zone est compensé par des petites feintes scénaristiques). Mais du coup on se prend d’autant plus à rêver à un épisode sur console next gen. Car la magie de Okami est bien la, avec ses défauts (des fois ça blablate en yogourt pendant 3 plombes), et ses qualités : musiques magnifiques, ambiance parfaite, du bonheur en barre 🙂

Bref que vous ayez une Ds ou une 3Ds ne boudez pas votre plaisir.

Hard corps uprising : Bon ça faisait longtemps que j’avais pas pris un pied pareil sur un jeu du genre. Arc system a exactement compris ce qu’il fallait faire pour plaire aux anciens joueurs comme aux nouveaux. Au lieu de nous resservir le même jeu en plus joli, Arc system explose les règles pré-établie et crée un jeu unique. On sent bien la patte de Treasure qui avait travaillé sur le Hard corps Megadrive dans ce Uprising, et c’est tant mieux. Le jeu a une sacrée pèche et est admirablement construit, le tout soutenu par des musique rock and roll parfaites.

Arc system fait péter les habitude de Contra en instaurant d’emblée des double sauts, dash, courses et autres mouvements spéciaux, offrant ainsi au joueur de multiple façon de jouer au jeu. Et ce sans pénaliser les anciens comme les nouveaux, car pour obtenir un bon score, chacun est libre de faire comme il veut, tout détruire, aller vite, ne pas se faire toucher… Les classements mondiaux fonctionnent à plein régime et crée une émulation entre joueurs qui donne envie de progresser.

Si le mode Rising devient carrément trivial passé un certains stade (votre personnage peut commencer avec 2 armes boostées au maximum et plein de points de vie), le mode arcade lui garde des paramètres prédéfinies. Plus facile et accessible que ses prédécesseur, Hard corps n’en reste pas moins un challenge pour celui qui veut obtenir un bon score.

On regretteras tout de même que les personnages supplémentaires soient payant (2 euros o_O), un conseil, prenez Sayuri pour son gameplay unique et laissez les autres en attendant une promo.

 

Ces deux mini-critiques pour simplement démontrer que l’on peut (on dois même) prendre le plaisir ou il est, sans forcément chercher LE jeu qui révolutionne les jeux vidéos, celui qui est chargé d’émotion ou qui dure 100h. Les jeux vidéos atteindront peut être un jour le statut d’art, mais tout comme le cinéma, il faudra toujours des jeux simples et efficaces. Des jeux au plaisir pure et accessible, des jeux quoi 🙂

En écrivant cela je ne peut évidemment pas m’empêcher de me poser la question de savoir si le jeu vidéo doit ou non rester un loisir, cela vaut il le coup qu’il atteigne le statut d’art ? A mon sens ce qui est clair en tout cas, c’est qu’il n’est pas reconnu à sa juste valeur, et que je continuerais à le défendre, Mais quant à savoir si je prend plus de plaisir sur un « jeu » ou une « oeuvre »…

 

Bon sinon ils nous ont encore repousser duke nukem forever, c’est triste, mais bon, on est plus à ça prêt. Sinon j’avoue ne pas attendre grand chose en terme de jeu, vivement une petite perle surprise histoire.

Sinon sur un plan plus personnel je suis en pleine période fringale de jeux vidéos, j’ai très envie de jouer, mais assez peu d’écrire comme vous avez pu le constater, je recommence même à faire un peu les puces et consorts 🙂

Et voilà c’est tout pour cette fois.

Thanks for reading ! see you soon !

Publicités

3 Réponses to “[Edito] L’art on s’en fout”

  1. AdH 11 avril 2011 à 15 h 31 min #

    Dommage, dommage.
    Venant d’un support comme Les Cahiers du Pixel je m’attendais à bien plus de profondeur. Survol super léger, soutien. Déjà vu mille fois ailleurs. Même dans des supports mainstream pour dire…
    Si un support spé n’apporte pas plus, où est sa plus-value (façon de parler) ?

    A suivre ?

    • the duke 11 avril 2011 à 16 h 39 min #

      Haha c’est tout de même paradoxal que les gens laissent des commentaires lorsque le billet est finalement assez pauvre en intérêt 😉

      Hé bien au moins ton commentaire prouve qu’il y a des visiteurs qui prêtent un minimum attention à ce que j’écris.

      Pour en revenir à l’édito (plus proche d’un billet d’humeur d’ailleurs), ta critique est parfaitement justifié, elle reflète ce que je me suis dit en l’écrivant. Pourquoi l’avoir publié dans ce cas ?

      Pour voir si cela aller provoquer des réactions, et par la même me redonner un p’tit coup de fouet.

      En tout cas merci, je prend bonne note de ton commentaire, je vais essayer de revenir à mon premier leitmotiv désormais : « La qualité avant la quantité » 🙂

Trackbacks/Pingbacks

  1. [Cogitations] Le jeu vidéo a t’il besoin de l’art ? « - 12 avril 2011

    […] à mon édito L’art on s’en fout, un lecteur n’a pas hésité (avec raison) à me dire que ce dernier édito ne faisait que […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :